AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu + ft. Sawyer
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu + ft. Sawyer Sam 2 Mai - 19:26

QUAND LA PERTE EST VENGÉE, ON N'A PLUS RIEN PERDU ♦
16 jours que j'étais arrivée à Colombus. 16 jours que j'essayais de me faire discrète malgré ma confrérie, les Gamma. 16 jours que je mettais tout en œuvre pour éviter Sawyer. 16 jours que je réfléchissais sur la façon de l'aborder mais surtout 16 jours de pur stress. J'avais décidé de le quitter 6 ans auparavant et je m'en voulais même si je l'avais fais égoïstement. Il ne m'avait jamais rien demandé mais j'avais pris peur et j'avais décidé de fuir lâchement. Il m'aura fallut 6 ans pour me rendre compte que ma vie n'était pas faite pour être à des centaines de kilomètres de mon premier amour et le seul jusqu'à présent. Il avait été très important dans ma vie, et il m'avait même fait le plus beau des cadeaux. Un enfant. Cependant je n'étais pas encore prête à assumer cet enfant, je n'avais pas l'instinct maternel. Peut être qu'un jour je pourrai devenir une maman et être heureuse mais je savais que ce n'était pas demain la veille. Je savais que j'avais peiné mon amour de jeunesse mais j'avais également souffert dans cette histoire. Ma vie n'était pas simple, elle n'avait jamais été simple mais maintenant que j'avais 26ans il fallait que je la reprenne en main.
Aujourd'hui était le bon jour. Il fallait que je fasse le premier pas et que j'aille le voir. Je me devais d'assumer mes choix devant lui et surtout à cacher tout ce que je peux ressentir pour lui. J'avais réussi à le faire pendant nos 2 années de relation mais tout était différent maintenant. J'étais toujours très renfermée sur moi même mais je me posais énormément de questions sur mes sentiments mais aussi sur ma vie. Heureusement pour moi j'avais trouvé un boulot ici en tant que Barmaid, et ça me permettait de m'évader et de pouvoir faire la fête à tout va. C'était l'un des meilleurs boulots que j'ai pu avoir jusqu'ici. 14 heures. Je marchais dans les couloirs depuis quelques minutes et je savais parfaitement où j'allais, dans cette salle. Je connaissais parfaitement bien son emploi du temps et j'avais pu préméditer cette rencontre depuis quelques jours. Je me dirigeais donc vers la salle, et alors que tout le monde sortait du cours je m'avançais vers le bureau du professeur. Je souriais en coin en le regardant. Il était toujours aussi charmant, attirant mais agréablement beau. Physiquement il n'avait pas énormément changé. Je le regardais ranger ses affaires et doucement je respirais profondément pour me donner du courage à prendre la parole. Je ne pouvais plus faire marche arrière. + Excusez-moi, savez-vous où je dois me rendre pour la réunion des nouveaux élèves ? + A vrai dire je ne savais pas pourquoi j'avais sortie cette question mais je voulais attirer son attention. Je le regardais alors qu'il venait de relever son visage vers le mien, et je cachais mon sourire tout en avalant grossièrement ma salive. Les retrouvailles, nous y étions enfin. + Bonjour Sawyer... +
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu + ft. Sawyer Ven 8 Mai - 3:58

these things left permanent scars

Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu.

« Vous êtes sûres de ce que vous dites ? » Un sourire amusé aux lèvres, Sawyer regarde la jeune étudiante. Il l’observe. Il attend sa réponse. Patiemment. Il la regarde, jouer avec ses doigts. Non, elle ne joue pas en réalité. Elle est plutôt stressée à vrai dire. Et Sawyer ça l’amuse de la voir se mettre dans cet état pour une question toute bête. Pourquoi les gens s’imaginent-ils toujours qu’il y a un piège ? Il promène son regard autour de la salle. Au fond, un étudiant semble pianoter sur son téléphone portable. Près de la fenêtre, un autre parait beaucoup plus intéressé par ce qui se déroule dehors que par ce cours. Sawyer pousse un léger soupir avant de jeter un coup d’œil à sa montre. Finalement il leur annonce qu’ils continueraient demain. Soulagement général. Cela le fait sourire. Après tout il était encore à leur place il y a à peine 4 ans. Donc il sait ce que s’est. Ça n’est pas tous les jours faciles d’être professeur. Un jeune professeur qui plus est. Il faut constamment faire preuve de sang froid et de patience. C’est quelque chose que Sawyer a mis du temps à comprendre. Mais au final il y est arrivé. Il aime ce qu’il fait. Il a toujours été passionné de littérature.
Debout derrière son bureau, il se met à ranger ses affaires. Une routine devenue presque automatique. Routine qui pourtant parfois, l’agace. Il entend soudain une voix. Sawyer a un moment d’arrêt. Cette voix. Il la reconnait. Doucement, il repose le livre qu’il a dans les mains et lève la tête. Son regard trahit sa surprise. Pendant un court, instant, il se demande s’il n’est pas en train de rêver. Talya… Il la regarde un long moment, comme pour réellement s’assurer qu’il s’agit bien d’elle. Cette vision du passé a du mal à s’imposer dans son esprit. Il l’avait entendu oui. Mais il ne l’avait pas écouté. Et finalement, elle rompt à nouveau le silence. L’entendre dire son prénom. Cela lui parait si familier et pourtant si étrange à la fois. Et il la regarde toujours. Longtemps. Trop longtemps. Lentement, la surprise s’en va. Lentement, le mur apparait. Lentement, le mur se dresse. Solide. Dur comme un roc. Le visage de Sawyer se referme. Il baisse à nouveau les yeux sur ses affaires, et continuer de les ranger. « Talya. Quelle surprise. Je ne m’attendais pas à te voir ici. » Il ne la regarde pas. Sa voix n’exprime rien de particulier. Elle est vide. C’est ce mur qu’il a dressé Sawyer. Ce mur qui les rend quasi-invisibles, ses sentiments. Ses émotions. Invisibles mais pas inexistantes. Il peut les cacher mais il ne peut pas nier leur présence. Car Talya, elle a tout de même fait partie de sa vie. Elle a tout de même laissé son empreinte. Son empreinte sur l’homme qu’il est devenu. Ce gars renfermé. Secret. Mais ça n’est pas tout. Talya, elle lui a aussi laissé cet enfant. Leur enfant. Nahla. Un enfant né d’une soirée de beuverie. Un enfant qu’ils n’ont pas voulu. Nahla. Pourtant, cet enfant a été la seule constante dans la vie de Sawyer depuis six ans. Son seul port. Finalement, Sawyer relève la tête et croise à nouveau le regard de Talya. « Tu as besoin d’un renseignement ou de quelque chose en particulier ? Tu sais, tu peux t’adresser à l’accueil pour cela. » Car je vais rentrer chez moi, et retrouver ma gamine. Retrouver sa fille. Celle que Talya abandonné. Elle les a abandonné tous les deux et a fui comme un voleuse. Une lâche. Pour cela, il la déteste.
©️ GASMASK


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu + ft. Sawyer Ven 8 Mai - 18:13

QUAND LA PERTE EST VENGÉE, ON N'A PLUS RIEN PERDU ♦️
Sawyer était toujours aussi charmant. C'était très déstabilisant. Avant de le voir je savais pertinemment ce que je devais dire et pourtant tout était parti en fumé. Je ne savais plus ce que je me devais de lui raconter. Il avait toujours eu le don de me faire craquer et encore aujourd'hui. Il avait légèrement vieilli depuis notre rupture mais il était parfait. Je le regardais sans le lâcher du regard lorsqu'il tourne son visage vers le mien et j'arquais très légèrement un de mes sourcils. Je ne savais pas comment il allait réagir mais certainement pas positivement. J'avais du chemin à parcourir encore, j'en avais conscience. Il avait du mal à réaliser que c'était bien moi en face mais c'était la vérité et je n'avais pas l'intention de partir à nouveau. J'avais ma fierté. Je soufflais lorsque je le vis se retourner et me faire dos. C'était lâche. + Je suis surprenante, as-tu déjà oublié ce point chez moi ?! + Je savais qu'il allait me faire une réflexion vis à vis de ma disparition mais j'étais prête à faire face. Rien ne me faisais peur. Encore moins lui. Il m'avait aimé et j'étais sûre et certaine qu'il avait encore des sentiments envers moi. Après tout, mon ami officier de police, ne m'avait jamais parlé d'une petite amie. Soit, il n'avait pas réussi à tourner la page. Du moins c'était ma conclusion. Bonne ou mauvaise je n'en avais aucune idée. + Je n'ai pas besoin de m'adresser à l'accueil, je ne suis plus aussi nouvelle que ça. + Il n'avait donc pas entendu parler de ma venue et c'était plutôt une bonne nouvelle. 16 jours que j'étais arrivée ici et j'avais déjà pu prendre quelques habitudes. D'ailleurs je n'avais pas perdu de temps pour voir ce qu'il faisait en temps et en heure. Je ne voulais pas le louper. + Je suis venue ici dans l'espoir de pouvoir te parler et reprendre contact avec toi et...ta...notre fille. + J'avais toujours eu du mal à parler de mon enfant car je n'avais pas l'instinct maternel et c'était une chose que j'avais du mal à acquérir. Avec le temps peut être que j'y arriverai. Qui sait. Je voulais qu'il accepte de rester en ma compagnie mais la partie n'allait pas être très facile. Il fallait que je mette toutes les chances de mon côté. + Écoute, je comprendrai que tu ne veuilles pas me voir mais j'estime mériter quelques minutes de ton temps. + De toute manière si il refusait j'avais une autre carte à abattre : notre fille. J'étais sa mère et j'avais tous mes droits pour aller la voir. J'en étais sûre et certaine puisque j'avais fais en sorte d'en parler avec mon ami l'officier de police.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu + ft. Sawyer

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu + ft. Sawyer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seth ϟ « Mais quand un sorcier passe du côté du mal, plus rien ne compte pour lui. »
» Laurena ♧ Et moi pourquoi j'existe, quand l'autre dit "je meurs"? Pourquoi plus rien n'agite... ton cœur ?
» ▽ Quelle perte de temps aussi de vouloir se tuer, quand on est déjà mort.
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BUCKEYES AND PROUD ::  :: EAST CAMPUS-